ARISTOTE : LES QUATRE CAUSES
play_arrow

ARISTOTE : LES QUATRE CAUSES


—Le Texte—

Aristote/ Les quatre causes

 

 

1) Si nous considérons un être individuel, nous constaterons qu’il existe en lui une matière, base de toutes ses transformations. Les Ioniens ont eu raison de définir cette matière : mais ils se sont trompés en voyant là le terme de la science. Cette erreur est devenue funeste lorsqu’ils ont voulu trouver dans la matière le principe de ses changements. La matière existe sans pouvoir modifier son état : c’est un effet dont la cause est extérieure. Il faut donc ajouter à la notion de matière la notion d’un autre principe capable de produire le changement. La matière est donc une virtualité transformée en acte. (2) Ce principe de donner la forme et de réaliser les puissances sera la cause efficiente ou motrice. Indépendant de la matière, il doit être défini par une notion plus élevée, car nous n'en avons qu’une idée superficielle pour le moment. (3) Cet agent ne se comporte pas à la manière des causes physiques : une cause physique enveloppe la notion de l’état futur dans lequel devra être changé l’état présent. La cause efficiente ou motrice enveloppe donc une idée, ou modèle, forme d’existence déterminant le changement. La cause efficiente se résout ainsi en cause formelle. (4) Celle-ci implique un autre principe auquel elle est subordonnée. Tous les changements s’accomplissent en vue d’un but, d’un idéal : c’est la cause finale. D’une certaine façon, ces 4 principes peuvent se réduirent à 2 : -la matière et ses virtualités -la cause finale qui attire à elle la matière et de proche en proche détermine tous ses changements.

 

—Alexei