TOCQUEVILLE : L'HOMME DÉMOCRATIQUE PEUT RENONCER À SA LIBERTÉ
play_arrow

TOCQUEVILLE : L'HOMME DÉMOCRATIQUE PEUT RENONCER À SA LIBERTÉ

—Le Texte—

Notre pensée moderne pose la démocratie comme étant ce par quoi la liberté sera garantie et les individus fondamentalement satisfaits. Incontestablement nécessaire, la démocratie est-elle pour autant suffisante pour atteindre un tel but ? Sommes-nous pleinement comblés dans nos aspirations, dans nos revendications ? Nous épanouissons-nous véritablement dans ce bonheur de tous pourtant visé par l’ensemble des démocraties modernes ?


Certes non, nous sommes les témoins d’une société qui se replie sur elle- même, où chacun ne semble n’exister que pour lui-même, plus consommateur que citoyen, s’enfonçant ainsi un peu plus chaque jour dans l’obsession sécuritaire au détriment même de nos libertés. Comment expliquer ce phénomène si ce n’est en comprenant l’illusion par laquelle la seule jouissance privée et confortable d’une majorité s’impose à la liberté de tous; à l’heure où les marchés semblent supplanter les États (dans la conduite de nos vies) la question n’en est d’ailleurs que plus pressente...

Tocqueville (1805-1859), parce qu’il est l’un des penseurs à l’origine de la modernité, nous permet d’y voir plus clair.
Sans s’opposer à la démocratie, bien au contraire, il en a vu les possibles dérives, les sinistres travers, les risques comme autant de diagnostics de notre situation actuelle. Comprenant la possible dimension totalitaire de la démocratie, Tocqueville nous met en garde contre une forme d’abêtissement indolore, d’abrutissement doux par lesquels le règne, voire la tyrannie, d’une opinion souveraine, contraignante mais sans violence, s’imposerait à tous. L’obsession moderne du bien-être, combinée à l’égalité, peut, en effet, entraîner l’indifférence envers la culture comme envers des idéaux tels que la liberté. C’est ainsi que la lecture de Tocqueville s’impose parce qu’elle nous permet l’intelligence d’une grande partie du système dans lequel nous vivons aujourd’hui et de ses dérives possibles.

 

—Alexei