Kant/ Hospitalité signifie ...

Kant/ Hospitalité signifie ...


Il s’agit dans cet article [...] non de philanthropie mais de droit. Hospitalité signifie donc le droit qu’a chaque étranger de ne pas être traité en ennemi dans le pays où il arrive. On peut refuser de le recevoir, si le refus ne compromet point son existence; mais on ne doit pas agir hostilement contre lui, tant qu’il n’offense personne. Il n’est pas ici question du droit d’être reçu et admis au foyer domestique, l’exercice de ce droit demande des conventions particulières. On ne veut parler que du droit qu’ont tous les hommes de demander aux étrangers d’entrer en société avec eux; droit fondé sur la possession commune de la terre, dont la forme sphérique oblige  les hommes à se supporter les uns à côté des autres, parce qu’ils ne sauraient s’y disperser à l’infini, et qu’originairement, l’un n’a pas plus de droit que l’autre à une contrée déterminée.

[...] De cette manière, des régions éloignées les unes des autres peuvent contracter des relations amicales, plus tard sanctionnées enfin par des lois publiques, et le genre humain se rapprocher indéfiniment d’une constitution cosmopolitique.

[...] Les relations plus ou moins suivies qui se sont établies entre les peuples étant devenues si étroites qu’une violation de droits commise en un lieu est ressentie partout, l’idée d’un droit cosmopolitique ne peut plus passer par une exagération fantaisiste du droit; elle apparaît comme le couronnement nécessaire de ce code non encore écrit, qui embrassant  le droit civil et le droit des gens, doit s’élever jusqu’au droit public des hommes en général, et par là jusqu’à la paix perpétuelle dont on peut se flatter de se rapprocher sans cesse, mais seulement sous les conditions qui viennent d’être indiquées.

 

KANT

Projet de paix perpétuelle (1795, trad. de l’édition de chez Jansen et Perronneau, 1796).

Deuxième section, Troisième article définitif (Extrait).



 Soutenir